Vous êtes ici : Accueil arrow Articles arrow Le département plébiscite la géothermie

Le département plébiscite la géothermie

Version imprimable Suggérer par mail
01-05-2008
energies-renouvelables.jpg80 000 logements du Val-de-Marne sont déjà chauffés par la géothermie. Une enquête publique a lieu actuellement en vue d'éventuels forages à Ivry.

La géothermie est l’énergie du développement durable par excellence : efficace, elle ne pollue pas et contribue à la réduction des gaz à effet de serre, de plus elle est économique pour les usagers.

Chauffer des bâtiments à moindre coût en préservant l'environnement, c'est possible grâce à la géothermie. Un système qui se développe dans le département, pourtant déjà pionnier en la matière. Le Val-de-Marne est, en effet, le premier producteur francilien de géothermie avec 40 % de la production nationale.

Il chauffe et fournit en eau chaude sanitaire 80 000 logements dans 12 communes (1) et ce n'est pas fini. Jusqu'à samedi prochain, une enquête publique est en cours pour rechercher des sites géothermiques sur le territoire d'Ivry (2).

Si, pendant les années 1980, la captation d'eau chaude dans le sous-sol pour chauffer les logements avait le vent en poupe, la décennie suivante a mis sous silence cette énergie renouvelable. La faute notamment à un pétrole bon marché. La géothermie est revenue en force, surtout depuis 2006, car, à force de lobbying, le conseil général a obtenu une baisse de la TVA de 19,6 % à 5,5 % sur celle-ci pour les usagers. La flambée du prix du baril a fait le reste...

Résultats de l'enquête au mois de mai

Sucy et Cachan ont été les premières villes à y croire. Depuis 1983, à Sucy, les habitats collectifs de la Fosse-Rouge, de la Cité-Verte, Monrois et de plusieurs établissements publics sont alimentés grâce à ce système. D'ici fin 2008, des travaux vont permettre de chauffer 3 000 logements, principalement localisés dans le centre-ville. A Cachan, le réseau est opérationnel depuis 1984. « Actuellement, avec près de 6 000 équivalents logements (NDLR : habitations, équipements publics, bureaux...) raccordés au réseau de chaleur, la ville évite chaque année le rejet d'environ 17 000 t de CO2 », explique l'hôtel de ville. A Chevilly-Larue et L'Haÿ-les-Roses, le plus important réseau de géothermie d'Europe empêche, lui, le rejet de 45 000 t de CO2 dans l'atmosphère, soit la pollution générée par 14 000 voitures.
geothermie.jpg
A Orly, un puits de forage géothermal fonctionne depuis mi-février et alimente près de 7 000 logements. Autre projet : sur l'opération de renouvellement urbain (ORU) dans le quartier du Chaperon-Vert (situé sur les villes d'Arcueil et Gentilly), une étude est en cours pour la réalisation d'un réseau de géothermie nécessitant le creusement de deux puits de forage. « Pour que l'opération soit viable, il faut un minimum de 5 000 logements. Le Chaperon-Vert en compte seulement 1 600. Toutefois, le parc complet de l'office HLM intercommunal fait grimper le chiffre à 4 400. Il reste les écoles, bâtiments publics qui pourraient également être chauffés... », explique-t-on du côté de la communauté d'agglomération du Val de Bièvre. Les résultats de l'étude devraient être connus au mois de mai.

(1) Orly, Alfortville, Maisons-Alfort, Cachan, L'Haÿ, Chevilly, Fresnes, Champigny, Sucy, Créteil, Bonneuil, Villeneuve-Saint-Georges. (2) L'enquête publique est consultable dans les mairies d'Ivry, Vitry, Alfortville, Maisons-Alfort, Saint-Maurice, Charenton-le-Pont, ainsi qu'à la préfecture de Créteil.

Merci d'entrer les nouveaux Tags séparés par des virgules
  Or Close

geothermie 



Discuter de cet article dans les forums. (0 Messages)
 
< Précédent   Suivant >